Jean-Christophe alias JC #bellecin2016 “merci à la dream team”

///Jean-Christophe alias JC #bellecin2016 “merci à la dream team”

Jean-Christophe alias JC #bellecin2016 “merci à la dream team”

Bonjour à l’équipe,

Je tenais à vous remercier pour ce merveilleux week-end.

L’aviron, avant Rose et avant Bellecin, c’était d’abord un rendez-vous tous les 4 ans aux JO. Un des rares moments où on l’on peut accéder un peu à un sport élégant et physique, où tout semble simple et facile.

Lors de ce rendez-vous périodique, Je voyais une embarcation en forme de flèche glisser légèrement sur l’eau emmenée par des athlètes qui ne donnaient jamais l’impression de réellement forcer. C’est seulement la ligne d’arrivée franchie, quand les athlètes laissaient enfin paraitre leur souffrance, que je comprenais mieux l’effort derrière le geste pur et fluide.

Rose a commencé à me laisser entrevoir que ce geste, d’apparence si simple, était technique.  Elle m’a aussi expliqué que ces embarcations n’étaient stables qu’en apparence…. J’avais un peu de mal à comprendre (pas très malin le garçon). Alors j’ai regardé quelques vidéos de rameurs moins aguerris et j’ai commencé à subodorer ce qu’il y avait derrière le geste et l’équilibre associé. Et je me suis laissé tenter par ce week-end pour mieux comprendre.

Vous m’avez fait confiance sans me connaitre et tout mis en œuvre pour que ce soit un plaisir pour moi.

Après un premier cours théoriquo-pratique assis sur le goudron (merci Corinne ! Rose enverra les photos de ce grand moment pédagogique), Dan m’a prodigué les premiers conseils et recommandations. Et hop sur l’eau. Cool. Sensations sympas. Et puis une fois dans la ligne, on se rend compte que :

  1. La ligne n’est pas droite (le Jura est aussi un pays de vin)
  2. Ces foutus pelles, c’est comme le tricot, ça s’emmêle (par contre, y a pas de pull qui en sort)
  3. Le mouvement si simple au JO est super compliqué à Bellecin (probablement pour ça qu’il n’y a jamais eu de JO à Bellecin)
  4. Les jambes malgré toutes les articulations qui la composent ne se plient pas aussi facilement que ça (Je crois qu’Alicia comprends ce que je veux dire, « y la rana tambien »)
  5. Les pelles refusent de se mettre à plat ou au carré quand on leur dit (celles que l’on m’avait données devaient être sourdes. Vous auriez pu trouver autre chose pour le bizutage).
  6. S’assoir ou se lever dans ces embarcations supposait plein de petits secrets ….

Et puis gentiment Daniel est venu prodiguer les premiers conseils, intervenant petit à petit sur les « quelques légers » défauts, n’hésitant pas à utiliser des images bien senties pour rendre plus parlant la leçon.

J’ai retenu que :

  1. Il ne faut jamais être pressé de ramer (Daniel, demander à un banlieusard de ne pas être pressé est un truc de fou)
  2. Si je n’ai pas une grande mobilité dans les articulations à partir du bassin et en dessous, celles qui portent la tête sont largement plus mobiles mais on s’en fout pour l’aviron puisque la tête doit rester droite (pas de bol, je n’ai pas la souplesse au bon endroit)
  3. Plier les jambes après que les mains soient passées au-dessus est un truc plutôt intelligent qui évite au choix, de faire un détour d’autant plus grand que les tibias sont longs ou de se griffer les genoux.
  4. J’ai massacré quelques poussins avec mes grandes paluches pataudes (nb : le bec ne se mange pas)
  5. J’ai un point commun avec Obélix mais ce n’est pas le poids (Dan sait…)
  6. L’on peut doubler une yolette avec un lite boat (quand on est bien coaché et que la yolette est à l’arrêt)

Et puis ce fut l’épreuve de la yolette et là je m’attendais à me prendre plusieurs coups de pelle par mes compagnons de galère. Heureusement, Dan me les avait choisis gentils, timides et surtout largement moins costauds que moi (ils auraient pu s’allier…). Résultat j’ai découvert que :

  1. Même seul on arrive à tracter un paquebot
  2. Le tricot décidément, quand tu as fini seul, tu peux en faire à plusieurs,
  3. Suivre des gens qui ont des articulations aux bons endroits ça demande de l’adaptation
  4. Ne pas être presser de ramer, c’était bien au-delà de ce que j’avais expérimenté tout seul
  5. Un barreur ça dit des trucs étranges que tout le monde comprend sauf les Anglais et moi (Corinne, tu parlais en quoi ?)
  6. Les sports d’équipe ça demande de la synchronisation

Et puis gentiment Stéphane et Daniel sont revenu prodiguer des conseils et :

  1. Je n’ai toujours pas compris ce que j’avais à faire avec mes pelles pour équilibrer une Yolette pour que les autres puissent travailler (Dan, je crois que la subtilité de l’équilibre est un truc difficile pour moi, c’est entre autres pour cela que j’ai fait Rugby et pas danse)
  2. Je me suis rendu compte que la poussée avec les jambes c’est efficace (ça doit être bien quand on sait les plier…)
  3. Que l’on ne doit jamais arrêter de ramer sinon ça croise (merci Corinne, mais je fais comment si mon nez me gratte). Et donc l’aviron, c’est comme quand on trinque, on ne doit pas croiser !
  4. Et puis, et puis…

Et puis je suis aussi aller aux cessions de renforcement musculaire.  Confiant dans la douceur et le sourire d’Alicia, je me disais que ça allait être moins difficile. C’est quand même là que j’ai le plus transpiré….. Heureusement, qu’il y a eu le passage avec les ballons, c’est plus dans mes cordes !

Bref, j’ai découvert « pour de vrai » un très beau sport, des gens merveilleux de gentillesse, de bienveillance qui savent transmettre leur passion et la technicité de leur sport. J’ai rarement eu la chance dans ma vie d’approcher des sportifs de haut niveau et je mesure la chance que j’ai eu de commencer ce sport avec de grands champions avec de telles qualités humaines. J’ai aussi battu mon record personnel d’ampoules au mains (7 sur chacune) et ça je ne le dois qu’à moi.

Merci, merci, merci, merci

J’espère vous revoir bientôt

Jean-Christophe alias JC

By | 2016-11-20T18:42:59+00:00 dimanche 3 juillet 2016|Categories: Retours des Rowing Campeurs, Rowing Camps|Tags: , , |1 commentaire

1 commentaire

  1. Eric 3 juillet 2016 at 18 h 38 min - Reply

    Merci JC pour ce long, long, long commentaire !
    Nous sommes très heureux et fiers de vous avoir initier à ce sport ! A bientôt sur le ponton !

Laisser un commentaire